A la gloire des combattants

Nier les traumatismes

Quand on tue quelqu’un, peu en importe la raison, qu’est-ce qu’il reste ne soit de cet acte là..

Peu importe que ça soit pour une bonne cause, que ce soit héroïque, que ce soit pour la bonne cause… on tue… Combien sont revenus de la guerre complètement démolies par ce qu’ils ont vu, vécu… Non pas la duretée physique du combat, mais celle de la violence inouïe qui consiste à tuer quelqu’un à le bombarder, à tuer des enfants en passant etc etc…

Comment être du c$oté de ceux et celles qui se battent avec les moyens disponibles sans nier qu’eux-mêmes porteront des traces indélébiles de ces combats…

Les glorifier sans constater que la plupart sont amputé d’un morceau de leur âme, me pose question…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *