Je ne marcherais plus?

Défiler c’est se défiler

La dernière manif où j’ai été , j’ai même pas pu la faire, je ne marchais plus dans le truc… les drapeaux, les boutiques partisannes, la concurrence des tracts, certaines tronches que je n’avais plus envie de voir…

Ca fait déjà pas mal de temps que je ressens un malaise quand je vais à une manif, surtout à la fin, quand chacun-e repart vers sa solitude.. Ceux qui se connaissaient déjà ont fait de l’entre-soi, les autres sont arrivés seul-e-s et repartiront seul-e-s…

Bonjour la dynamique

Et puis ce sentiment qui reste bien vissé en moi… bon d’accord, et alors?

Je sais que je ne suis pas seul-e à ressentir ça… A tel point que pas mal de personnes autour de moi estiment qu’on les a fait assez marcher comme ça.

Il y a un potentiel d’intelligences, de qualités humaines qui se réunissent-là, qui pourraient discuter, échanger, faire connaissance, débattre, puis se quitter différent-e-s enrichi-e-s des autres.

Evidemment que si une manif se transformait en lieu de rencontre ça poserait quelques problèmes pour les organisateurs, qui ont négocié leur participation, leur place dans le cortége, les mots d’ordre etc…

Ca foutrait parterre cette manie de défiler chacun-e pour sa chapelle.

Déjà que défiler avec une seule banderole et aucun autre signe distinctif c’est inimaginable, ou en tout cas, vraiment très très rare.

Alors que le participant-e-s se parlent, discutent sans signe ostensible d’appartenance, libre d’eux-mêmes, qui y a intérêt parmi les orgas qui gèrent l’évènement ?

Une orga n’a aucun intérêt à ce que ses membres aillent discuter avec des gens à l’extérieur… Bien sûr elle ne peut pas être contre, ouvertement, mais dans les faits elle ne mettra rien en œuvre pour le faire.

J’imagine une place au milieu de la ville où des milliers de gens se rassemblent, et où se forment des groupes qui débattent soit de tout et de rien, soit de thèmes particuliers, qu’ils soient d’ordre politique ou existentiel, que certaines personnes tentent des rencontres autour de projets qui leur tiennent à cœur….

Qu’on sorte enfin de ces défilés avec entre-autres, le syndrome de la sono qui gueule sur les manifestant-e-s. Il n’est pas rare que ce soit la sono qui fasse plus de bruits que les gens qui sont là et qui répondent aux injonctions à gueuler tels ou tels mot d’ordre…

Et de fait , fréquemment la sono étouffe l’énergie qui pourrait naître dans le groupe et qui ne s’entends pas écrasé qu’il est par les baffles…

On est là dans un héritage du concert rock, où la personne au micro, gueule sur le public des trucs en général d’une bêtise sans nom, genre “vous êtes là ?” “je ne vous entends pas !”.

Bref c’est tout le contraire que mettre en valeur l’intelligence collective parfois de milliers de personnes.

Bien sûr trouver des alternatives au défilé, ce ne sera pas forcément gagné du premier coup, il faudra des réglages, des remises en question etc.. Mais j’ai presque du mal à imaginer la puissance de tels dispositifs….

Il y a déjà des assos qui tentent des trucs comme ça… mais pour le moment ça reste très marginal il me semble…

Et puis il y a la question pathétique du nombre, selon les organisateurs et selon la police.

Peut-être qu’avec l’utilisation des drônes qui se banalisent autant côté amateurs que côté police on va pouvoir y voir plus clair.

Pour ma part j’ai des gros doutes sur les chiffres avancés par la police, mais aussi par les orgas…  Combien de fois j’ai vu celle-ci gonfler les chiffres…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *