Un forum…. du débat…

En public, soit que l’on fait des  cours magistraux, soit que l’on gère des débats, des séminaires, le forum étant la forme ultime des échanges.

Les cours magistraux ; Un-e intervenant-e mis en valeur, dans la lumière, un public plutôt en contrebas, et le droit accordé si il reste du temps au public de poser quelques questions.

Le débat, En général on parle ici de « Débat avec… »  toujours un-e intervenant-e, mais là, le temps imparti au débat est plus important. Bien sûr ça n’empêchera pas l’intervenante de déborder, mais le public aura plus de chances d’avoir le temps de poser quelques questions.

Le forum :

Le but premier d’un forum, c’est que les gens se parlent à égalité de traitement.

Pour que les gens se parlent on peut concevoir qu’il faille amorcer la pompe, de peur de se retrouver confronté au silence, ce silence qui fait peur, et qui serait la porte ouverte à toutes les dérives. Pourquoi cette peur là ?.

L’autre peur c’est que dans ce silence tout le monde s’engouffre, et que cela crée un chaos qui nous mènerait inéluctablement  à une explosion de type nucléaire qui réduirait l’univers à néant…

Alors va pour les expert-e-s-amorceurs et amorceuses…

Mais tout ça devrait se dérouler en tenant compte d’une donnée qui est incontournable « Le temps qui est imparti ». Et c’est là que ça commence à déraper… Jamais le temps, la durée, n’est respectée, on respecte les horaires de trains, d’avions, les rendez-vous importants, mais là ce n’est plus possible…

Ce qui débouche au mieux sur  un public, qui, à la sortie dira, c’était pas mal, mais on a pas eu le temps de discuter.. Ce qui pour un forum est un paradoxe

Pourquoi ?

Parce qu’il faut alors gérer le temps de parole, et pour le gérer intelligemment, il faut aussi gérer son contenu. Et ça interroge le groupe organisateur. Quel autorité se donne-t-il, quelle reconnaissance du public exige-t-il, pour assumer cette autorité qui consiste à dire à ceux et celles qui parlent « Si tu peux abréger.. » « Là tu es hors sujet »…

Il faut qu’il y ai une tension d’entrée entre l’intervenant-e et le groupe accueillant qui peut être représenté par un ou plusieurs modérateurs ou modératrices, qui vont en permanence être dans un dialogue constructif et stimulant avec l’intervenant-e.

C’est la qualité de cette tension qui fera que ce qui se dira stimulera l’auditoire pour  qu’à son tour il donne le meilleur de lui-même.

Nous ne sommes pas là dans la consommation d’un-e intervenant-e, mais dans une production collective de tous les instants…

C’est pas beau ça ?

 

En prime ;  La finalité de tout ça c’est non pas que le public parle à l’intervenant-e, mais que chacun-e parle à l’autre, qui parle à l’autre, et ce à l’infini. Et de cette dynamique là peut naitre un ou des collectifs, qui ont fait connaissance lors de ces forums…

La suite étant que l’es iniateurs/trices du forum soient là pour assurer une mise en réseau de ces colllectifs…

Le pari étant que les gens se parlant, il vont faire aussi ensemble… quoi ? devinez..

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *